5 Idées de Ballades autour du Patrimoine Textile Français

 

J’aime beaucoup le printemps c’est ma saison préférée. En général, c’est la période où j’aime aller me balader dans des endroits que je ne connais pas. Je me rends compte très souvent qu’il n’est pas nécessaire d’aller à l’autre bout du monde pour découvrir de nouvelles choses.

C’est pourquoi je voudrais vous donner des idées de visites à faire autour du textile en France, que pour ma part je n’ai pas encore faites et qui me tentent bien. J’espère que cela vous donnera des idées de ballades que vous habitiez ou non en France Sourire !

Oise : Musée de la Nacre et de la tabletterie

robe avec bouton en nacre musée de la nacre et tablerie

Pour les passionnés textile, ce qui est particulièrement intéressant c’est de découvrir la fabrication de bouton de nacre à partir de coquillages.

Et oui, un objet aussi modeste qu’un bouton demande un grand savoir-faire ! A une époque un bouton était même un objet de luxe. C’est pourquoi dans les vêtements anciens il y avait plutôt des lacets.

leur adresse : 51 rue Roger Salengro 60110 Méru, ils sont ouverts tous les jours sauf le mardi après-midi.

bouton du musée de la nacre

 

 

Normandie : Maison des Dentelles d’Argentan

 

dentelle Argentan

Dentelle d’Argentan photo de Ashley Von Haeften

Le musée expose près de 300 ans de dentelles et ses différentes techniques.

En effet, c’est au 16ème siècle que Colbert a initié des Normandes d’Alençon et d’Argentan à la Dentelle de Venise (dont j’ai déjà parlé) dans l’optique d’avoir des dentelles moins chères.

Au fil du temps cela a donné d’une part la dentelle d’Alençon, qui selon la légende ne peut être pratiquée que par un fou ou un saint, tellement elle est minutieuse.

Et d’autre part, la dentelle d’Argentan qui est encore plus complexe que la dentelle d’Alençon, mais pourtant n’a pas sa reconnaissance et n’est pratiquée actuellement que par un petit groupe de religieuses.

Le musée est axé aussi sur la mode et l’art. Aussi il propose régulièrement des expositions très intéressantes !

Par exemple en ce moment une exposition parle de l’excellence normande en matière de dentelles réalisées à l’aiguille ou au fuseau.

Car en Normandie il n’y a pas que la dentelle au point d’Alençon ou au point d’Argentan, mais il y a aussi la Blonde de Caen, la Dentelle de Bayeux, le Polychrome de Corseul. Il est donc possible qu’à partir d’Argentan vous ayez envie de visiter d’autres coins de la Normandie …

Il y a aussi en ce moment l’exposition d’une artiste Marjolaine Salvador-Morel qui fait de sublimes sculptures en dentelle.

Bons plans du musée :

les ateliers destinés aux enfants pour stimuler leur créativité et leur talents artistiques, mais aussi des ateliers pour les adultes

–  démonstrations de dentelières : les 1er dimanches du mois de 15 h à 18 h (gratuit)

journée du patrimoine 15 et 16 septembre : où la visite est gratuite et où vous pourrez rencontrer l’artiste Marjolaine Salvador-Morel.

Leur adresse : Maison des dentelles 34 rue de la Noé 61200 Argentan

Bretagne : Maison du Filet Brodé

coiffe bretonne

Coiffe Bretonne photo de Momoly

Le filet noué et brodé c’est la technique utilisée pour faire les coiffes bretonnes traditionnelles, chaque région de Bretagne ayant un style particulier. Le filet noué était aussi utilisé pour faire des rideaux, couvre-lits ect… La technique a été adaptée à partir de fil de pêche c’est pourquoi elle a pris son essor dans les ports.

Ce patrimoine a failli tomber dans l’oubli sans l’intervention d’une passionnée Hélène Saillour qui a créé une association puis la Maison du Filet Brodé à Plouénan. Dans l’optique de la sauvegarde d’un savoir-faire, elle ouvre aussi un atelier pour initier le plus grand nombre.

A partir de 2013, l’association se lance dans un travail de titan : recenser les coiffes anciennes des différentes régions de Bretagne. Elles ont réussi à faire 28 dossiers qui permettent de connaitre l’histoire, comment les réaliser techniquement et même comment les repasser ce qui demande déjà en soi tout un savoir-faire.

Leur adresse : 1 rue des sabotiers 29420 Plouénan. Ils sont ouverts tous les jeudis après-midi de l’année (hors vacances de Noël).

Il est possible de s’initier au filet noué sur réservation pour environ 15 euros.

 

Isère : Musée de Bourgoin Jailleu

Dans la région Auvergne Rhone Alpes, le patrimoine textile est très riche. vous avez énormément d’idées de ballades seulement en restant dans le coin. Dans cette région le patrimoine semble très tourné vers la soie alors que dans l’ouest du pays est tourné vers le lin. Il y a un élevage pédagogique de vers à soie à la Magnerie de Saillans. Le Musée des tissus de Lyon a une collection de tissus exceptionnelle et propose des ateliers très intéressants.

pastel des teinturiers

Pastel des teinturiers photo du Muséum de Toulouse

Pour ma part le Musée de Bourgoin Jailleu, m’attire particulièrement car en plus de son approche du tissage et de l’ennoblissement textile (comme l’impression), ils ont à l’extérieur un jardin de plantes tinctoriales (où on trouve la garance qui donne le rouge, le pastel qui donne le bleu, la rose trémière qui donne du violet …) avec des panneaux explicatifs pour découvrir leurs propriétés.

Leur adresse : 17 rue Victor Hugo 38300 Bourgouin-Jallieu

Bon plan : l’entrée est gratuite !

 

Gard : La maison du Boutis

 

boutis

Boutis photo de Julie

Le boutis créé à l’époque de Louis XIV était tombé dans l’oubli en 1875. Heureusement que plus d’un siècle plus tard, Francine Nicole a su faire renaître ce beau patrimoine de ses cendres en créant la Maison du Boutis. En plus du musée, des stages d’initiation et de perfectionnement sont proposés.

A retenir : le Boutis en fête aura lieu du 20 au 23 septembre 2018

Leur adresse : Maison du Boutis 9 place du Général de Gaulle 30420 Calvisson

Je vous donne l’ensemble des liens utiles sur ma page facebook.

Pour conclure…

Le patrimoine textile français est très riche même dans les régions dont je n’ai pas parlées. En faite, je ne pensais pas que ce patrimoine textile était aussi riche. Mais suite à la modernisation, à la désindustrialisation … beaucoup de savoirs ont tendance à se perdre sans la volonté de quelques passionnés.

Aussi à nous de faire également notre petite part pour que les générations puissent avoir accès à ces connaissances, c’est pourquoi je trouve bien de faire ce type de sortie avec des enfants même si ce n’est pas forcément facile (et je parle en connaissance de cause Sourire) …

A Bientôt !

Sophie

Recherches utilisées pour trouver cet article :boutis, coiffes bretonnes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *