Broderies et parures de perles en Afrique de l’Est

Vallée d'Omo photo de Marc Veraart

Vallée d’Omo, Ethiopie

Dans cet article, nous allons progressivement partir de l’Ethiopie pour nous retrouver en territoire masaï entre le Kenya et la Tanzanie . En effet, j’ai voulu montrer les différentes utilisations de la perle de rocaille en fonction des régions. 

Hamers

Hamers, tribu Ethiopienne de la vallée d’Omo

Comme je vous l’avais dit précédemment, de nombreuses ethnies vivent en Ethiopie. Dans la vallée d’Omo, vivent les Hamers. Eux, dont la culture et mode de vie sont extrêmement menacés, accordent beaucoup d’importance à l’embellissement de leur corps. Ce peuple semi-nomade va exprimer son sens esthétique surtout à travers son corps plutôt qu’à travers des objets pour la maison du fait de ce nomadisme. Ils brodent des perles de rocaille sur leurs vêtements en peau de chèvres et utilisent également ce matériel pour se faire des bijoux.  

Kenya

Kilimandjaro vu du Kenya

Entre le Kenya et la Tanzanie, vit le célèbre peuple Masaï. Avoir un bon cœur, être respectueux de la nature et prendre de soin de sa communauté sont les valeurs essentielles de ce peuple. Dès leur plus jeune âge, les femmes apprennent à broder des vêtements de cérémonie et utilisent les perles de rocailles pour fabriquer de fabuleuses parures. Les femmes portaient traditionnellement des pagnes en peau de mouton brodés de perles qui ont été remplacés maintenant par des tissus modernes.

Femmes Masais

Femmes Masaïs en Tanzanie

Leur magnifique broderie de perle a inspiré Valentino dans sa collection printemps 2016. La maison a mêlé la culture africaine et italienne en intégrant des broderies masaïs à des vêtement occidentaux.

En 2007, les nations unies ont déclaré les Masaïs en danger d’extinction. En effet, quand les Masaïs quittent la savane pour aller en ville, ils perdent leur culture qui est extrêmement liée à la nature. Et si la broderie pouvait aider ce peuple à préserver ses traditions ?

Projet Masaï

C’est ce que tente de faire, au Kenya, le “projet Masaï” qui est né de la rencontre d’un chef Masaï, d’une association de commerce alternatif et d’une entreprise espagnole.

Le chef Masaï s’appelle William Kikanae. Il s’est démené toute sa jeunesse pour que sa mère malade puisse avoir accès aux soins. Cela l’a amené à faire de longs trajets à pied pour acheter des perles pour que les femmes puissent fabriquer leur objets artisanaux. Il a crée une petite entreprise autour de la perle de rocaille qui lui a permis d’aider sa mère, et également d’aller à Nairobi où il est allé chercher de l’aide pour sa communauté. Il a persévéré pendant 10 ans en allant régulièrement à Nairobi pour parler avec les touristes, les hommes d’affaires et les associations. Lorsqu’il a rencontré Rosa  Escandell présidente de l’ADCAM (association de commerce alternatif et de microcrédit pour le développement), il a vu une lueur d’espoir.

Brodeuses Masaïs et Eugenia Silva une ambassadrice du projet masaï

Brodeuses Masaïs et Eugenia Silva ambassadrice de la marque Pikolinos

Cette association a permis à William d’être en relation avec l’entreprise Pikolinos fabricant de chaussures, très attirée par le commerce équitable. Une coopération s’est mise en place entre l’entreprise espagnole et les Masaïs. Pikolinos leur envoie les pièces de cuir qui vont servir à fabriquer des chaussures et les femmes Masaïs les brodent depuis chez elles et à leur rythme.

Elles utilisent les motifs traditionnels et les couleurs de leur tribu et font donc des broderies masaïs authentiques. Cela permet aux femmes Masaïs d’avoir enfin un revenu, ce qui jusqu’à lors était réservé aux hommes, de préserver leur mode de vie et leurs traditions et à leur enfants d’être scolarisés. Cette collaboration existe depuis 2009 et à l’heure actuelle, plus de milles familles bénéficient de ce projet.

Eugenie Silva portant la collection masaï

Si vous êtes curieux, je vous invite à voir la collection de chaussures de style masaï sur le site de Pikolinos.

J’espère que cette collaboration inspirera d’autres créateurs et entreprises et que d’autres partenariats bénéfiques aux populations pourront voir le jour. 

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager en cliquant sur “j’aime” juste en dessous !

A bientôt ! 

Recherches utilisées pour trouver cet article :chaussure en perle de rocaille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *