Le Tissage Japonais

 

Le tissage est une activité qui accompagne la quasi totalité de l’humanité et cela depuis les prémices des civilisations. Je me suis donc intéressée au tissage Japonais en espérant découvrir des choses particulières et je n’ai pas été déçue Sourire

Tissage Japonais Contemporain

Ma découverte du tissage japonais commence par ma rencontre avec Yukiko Yokoyama, créatrice et enseignante Japonaise, qui en 1977 a fondé un atelier de teinture et de tissage Yumeoribito (ce qui signifie : tisseurs de rêve). Dans cet atelier, les fils sont teints à la main avant d’être tissés. Le tissage réalisé est vraiment extraordinaire car il est en forme de vagues ! 

Yukiko Yokoyama tisseuse japonaise

Lors de mon initiation au tissage, j’ai appris que les fils constituant les tissus se croisent de façon perpendiculaires. Mis à part les tissus en maille, la majorité des tissus de notre vie quotidienne sont fabriqués comme j’ai appris à le faire avec Olivia Lopez. Je me demandais comment cela était possible de réaliser ce type de vagues en tissant.

métier à tisser de Yukiko Yokoyama

En fait, Yukiko a développé sa propre technique de tissage afin d’obtenir ces fameuses vagues. Elle a inventé des armures différentes dont le très singulier Yorokeori (ori signifiant tisser) . Pour obtenir une ondulation des fils de chaine, elle utilise un peigne spécial : le Yoroke.

Je vous invite à voir cela dans une courte vidéo.

tissage japonais

Face à ses tissus faits à la main aux rayures verticales dansantes, j’ai l’impression d’être face à des œuvres d’art contemporaines.

tissage japonais contemporain

 

Sakiori 

Mon exploration du tissage japonaise se poursuit par la découverte du Sakiori. Il s’agit d’une technique de tissage qui permet de recycler de vieux vêtements.

Les paysans japonais ont inventé cette technique à l’époque Edo où le coton était très cher. Cela leur permettait de faire des couvertures ou des vêtements de travail chauds et résistants.

Le vêtement à recycler est déchiré sous forme de bandes (comme des rubans fins, d’environ 3 mm), puis il est enroulé en pelotes (appelées nuki).

Les nukis vont être utilisés comme fils de trame, les fils de chaines sont constitués de fils de chanvre ou de coton. Ensuite, le tissage se fait de façon classique comme j’ai appris à le faire avec Olivia.

Le tissu obtenu par cette méthode est normalement d’aspect imparfait avec des épaisseurs, des bosses, des couleurs passées… Mais la créatrice Hana Mitsui a utilisé le sakiori pour fabriquer des tissus dignes de la haute couture !

 

Kumihimo

photo de sayo ts tissage

Le kumihimo n’est pas vraiment du tissage au sens strict, car il s’agit d’une technique de tressage. Le principe est de tresser 3 fils ou plus qui se croisent alternativement en oblique. Cet art japonais est extrêmement ancien : il date de 10 000 ans avant JC ! Il est utilisé pour faire des rosaires bouddhiques, pour orner des sculptures et il sert également de cordon pour les obis (ceintures des kimonos). 

Kumihimo

Pour réaliser ce type de tressage il faut un disque central. En DIY, cette technique permet de fabriquer des bijoux comme des bracelets. Si vous habitez proche de Paris, vous pouvez apprendre le kumihimo à l’Atelier Soleil Tissant (www.lesoleiltissant.com).  

Pour Finir …

Voilà cette petite exploration textile au Japon est finie pour aujourd’hui ! A bientôt pour de nouvelles aventures Sourire !

Recherches utilisées pour trouver cet article :japon tissage

Comment pratiquer le Shibori ?

 

Dans mon précédent article, je vous ai expliqué ce qu’était le Shibori. Maintenant, voyons comment le pratiquer soi-même, grâce à Magali Bontoux, spécialiste des teintures végétales, qui m’a enseigné quelques techniques.

Bien sûr, il ne sera pas possible d’aborder la cinquantaine de techniques de Shibori ! Mais cela vous donnera quelques pistes pour décorer vos tissus grâce à la teinture. 

LE MATERIEL

La teinture

Pour pouvoir teindre vos tissus, il faut tout d’abord une cuve de teinture. Le pigment phare du Shibori est l’indigo ! Mais d’autres couleurs sont possibles. Si vous êtes un puriste et que avez du temps devant vous, vous pouvez faire votre propre cuve d’indigo naturelle, pour vous aider, je vous renvoie à mon article Comment faire un bain de teinture d’indigo naturel.

Autrement, vous avez d’autres possibilités comme par exemple les teintures en machine prête à l’emploi ou les teintures au procion (c’est une teinture à faire soi-même à partir de pigments en poudre, ça demande du temps aussi mais c’est un peu moins long que les cuves naturelles). 

Les outils pour réaliser les dessins sont multiples :

Shibori matériel

des formes en bois  : Vous pouvez détourner celles destinées au scrapbooking. Pour créer un style japonais, vous choisirez des éléments qui rappellent leurs dessins traditionnels comme par exemple des papillons de forme épurée… 

des grosses pinces

de la ficelle

des élastiques

des morceaux de tube de PVC

des pinces à linges en bois

 

QUELQUES TECHNIQUES DE SHIBORI

Une fois que la cuve de teinture est prête, il est temps de préparer les tissus grâce aux techniques de Shibori.

La première chose à faire est de mouiller le tissu à teindre avec de l’eau claire. Ensuite, plusieurs techniques sont possibles en fonction de ce que l’on souhaite faire. 

Pour créer des effets de vagues :

On roule le tissu mouillé autour du tube de PVC. On entoure l’ensemble avec des élastiques, ce qui permet de maintenir le tissu sur le tube. Puis on fait glisser le tissu sur le tube (de l’extérieur vers l’intérieur) de façon à créer des plis. Au moment de la teinture, les élastiques et les plis protègeront certaines zones du tissu qui garderont leur couleur initiale. A la fin du processus de teinture, des motifs en forme de vagues apparaitront.

Faire du shibori avec un tube de PVC

 

Pour créer des dessins symétriques :

On plie le tissu de façon symétrique. Une fois qu’il est plié, on applique des pièces en bois de différentes formes (papillons, fleurs ect…). On maintient fermement les formes en bois grâce à de grosses pinces. Cela va empêcher la teinture d’atteindre le tissu en dessous du bois et après la teinture le dessin va apparaitre, en négatif.

Les pinces à linge en bois vont non seulement maintenir les plis mais en plus créer des motifs à l’endroit où ils sont en contact avec le tissu. Il est important de prendre du bois car le bois absorbe la teinture, ce qui n’est pas le cas du plastique.  

Shibori préparation

 

Pour créer des dessins en forme de toile d’araignée :

On coiffe une tige en bois (de type pique à brochette en bois) d’un petit carré de tissu, en faisant correspondre la pointe de la tige au milieu du carré. On enroule la tige avec le tissu en le tordant bien et on enlève cette tige. En maintenant la tension du tissu, on l’enroule avec de la ficelle en commençant par la pointe. Il s’agit de la technique du Kumo Shibori typique d’Arimatsu où l’on crée un dessin régulier en forme de toile d’araignée (kumo signifiant toile d’araignée en japonais) qui se révèle après la teinture. 

Les étapes finales :

Une fois que le tissu a été préparé par la technique de votre choix, on le met dans la cuve de teinture ou à la machine à laver en fonction de la méthode de teinture choisie. Je déconseillerais la teinture à la machine avec les formes en bois, par contre.

Une fois que la teinture est faite et fixée, on le remet le tissu à plat. On le rince à l’eau claire et on le laisse sécher. Ce qui est génial c’est le résultat sera toujours unique et plein de surprises …

tissu teint avec la technique du Shibori

 

Pour conclure …

Je trouve génial de pouvoir rendre unique le plus humble morceau de tissu. Dommage que je manque de temps actuellement car j’ai très envie de faire toute sortes d’expérimentations avec la teinture.

Je voudrais adresser un immense MERCI à Magali Bontoux pour tout ce qu’elle m’a appris, pour sa gentillesse et sa générosité Sourire ! Si cela vous intéresse, elle réalise des stages et des ateliers de teinture végétales. Elle vend également ses tissus teints à la main. Vous pouvez retrouver toutes les informations sur son site www.lherbieracouleur.com.

De notre côté, on se dit à bientôt !

Recherches utilisées pour trouver cet article :teinture shibori stage 2017

Le Shibori : de la teinture à la sculpture

 

Teindre le tissu en faisant des réserves est une pratique très ancienne qui existe sur l’ensemble du globe. Les techniques varient en fonction de l’environnement et des sociétés (avec quand même des similitudes) et portent différents noms : Tye and Dye en Europe, Banda en Afrique …

Au Japon, la technique de teinture à réserve s’appelle le Shibori. Les villes nipponnes associées au Shibori sont : Arimatsu, où traditionnellement on travaille le coton et le lin et Kyoto, célèbre pour ses somptueuses soies teintes. Ces étoffes étaient utilisées pour confectionner les kimonos et les habits des samouraïs.

Shibori kimono

Kimono teint au Shibori à Arimatsu (photo de Bong Grit)

Le principe du Shibori

Le mot Shibori vient du verbe japonais Shiboru qui signifie “réduire le volume au maximum, tordre, serrer, presser …”

L’objectif du Shibori est de préserver certaines zones du tissu afin qu’elles ne soient pas touchées par la teinture et gardent leur couleur originelle. Pour cela, il existe environ une cinquantaine de techniques qui consistent : à nouer le tissu avec du fil, à faire des boucles, des ligatures, des coutures, des drapés, à le presser contre des morceaux de bois …

Ce qui me fascine dans la Shibori c’est la possibilité de faire des dessins très précis (comme sur la photo du noren en dessous) d’ailleurs l’objectif est de donner l’impression que le tissu a été peint à la main et non pas teint.

Shibori Arimatsu

Noren teint avec la technique du Shibori à Arimatsu (photo de Bong Grit)

Le Shibori : un art en voie de disparition ?

Artisan pratiquant le shibori

Artisan Japonais à Arimatsu (photo de Naukhel)

Hélas, ces techniques ont tendance à disparaitre avec les artisans, qui sont maintenant pour la plupart âgés. En effet, les Japonais portent de moins en moins de kimonos et par conséquent les fabricants d’étoffes traditionnelles ont peu de débouchés économiques.

Comment faire pour que cet art ancestral ne se perde pas ? A cette question, plusieurs réponses émergent : l’art, la mode, le DIY…

En effet, quelques artistes ont décidé de se battre pour promouvoir ces techniques pour éviter qu’elles ne disparaissent. Dans cet objectif, ils ont créé en 1992 le Symposium international de Shibori ce qui donne lieu à des expositions textiles internationales et crée une émulation autour de cette technique.

Le grand styliste japonais Yohji Yamamoto a rendu hommage à cette technique dans les magnifiques collections automne hiver 1994-1995 et printemps été 1995.

Nous aussi, si nous le voulons, nous pouvons contribuer à sauvegarder de l’art de Shibori ! Pour cela c’est très simple : en l’apprenant et en le pratiquant Sourire !

 Une autre façon de pratiquer le Shibori …

J’ai été très surprise de voir que le Shibori pouvait être détourné de sa fonction de teinture afin d’exploiter le coté tridimensionnel qu’il donne aux tissus.

J’ai découvert cela grâce à ma rencontre avec Sabine Hautefeuille, illustratrice et designer textile. Inspirée par ses voyages, elle a exploité l’aspect 3D du Shibori pour en faire de magnifiques sculptures textiles. Elle a eu également la gentillesse de se laisser filmer pour parler elle-même de son travail ! Je vous invite également à voir ses illustrations sur son site www.sabine-hautefeuille.fr.

Shibori par Sabine Hautefeuille

Voile de Chine et Etoiles création textile en Shibori de Sabine Hautefeuille

Le hasard d’internet m’a fait découvrir le travail de l’artiste anglaise Michelle Griffiths. Elle explore les différentes possibilités du Shibori pour créer des sculptures textiles contemporaines. Je vous invite à voir ses œuvres sur le site www.shibori.co.uk.

 

shibori Griffiths

Mantra Griffths

Sculptures en Shibori de Michelle Griffiths

 

Cette utilisation inhabituelle du Shibori n’est pas seulement réservée à l’art mais peut être également appliquée à la décoration. D’ailleurs, l’entreprise Suzusan utilise les propriétés tridimensionnelles du tissu pour créer des luminaires originaux. Le revêtement textile des lampes est en polyester, qui suite à un traitement thermique au cour du “processus Shibori”, garde sa forme même après lavage. Vous pouvez voir leur travail sur leur site www.suzusan.com. Dans la rubrique “download” vous pouvez télécharger leurs catalogues, ils sont intéressants car ils montrent les extraordinaires possibilités décoratives offertes par le Shibori.

Le mot de la fin

Je ne sais pas pour vous, mais tout ça me donne envie d’expérimenter cette technique !  Plusieurs pistes sont à explorer : la couleur, les dessins, la sculpture…. De façon très prosaïque, j’aimerais bien utiliser cette technique pour embellir mon linge de maison ou fabriquer mes propres lampes !  Promis, dès que j’ai le temps de m’y mettre je vous montre ce que cela donne Clignement d'œil

A Bientôt !

Rencontre avec Bénédicte Riou, Professeur de Broderie Japonaise

 

Dans un article précédent, je vous ai parlé de Jacqueline Poirier qui a contribué à l’expansion de la broderie japonaise en France et continue à la faire. Je trouve intéressant de voir le point de vue de la dernière génération de brodeuses !

Bénédicte Riou, professeur de broderie japonaise, fait partie de cette nouvelle génération. Elle a été récemment certifiée par la Japanese Embroidery Center, branche américaine de l’école Kurenai Kai (fondée il y a une cinquantaine d’année à Tokyo).   

Bénédicte Riou professeur de broderie japonaise

Quel est la caractéristique de la broderie japonaise et en quoi se différentie-t’elle de la broderie chinoise ?

Originaire de Chine, la broderie au fil de soie s’est développé dans un style totalement différent au Japon. Elle est utilisée pour broder les kimonos, les articles religieux et les vêtements de théâtre depuis 1600 ans.

Le nom non-officiel de cette discipline est le Nuido, la voie de la broderie. Le nom n’est pas officiel car, comme dans beaucoup d’autres pays, la broderie n’est pas reconnue comme un art.

Alors que la broderie chinoise est très réaliste, la broderie japonaise est très symbolique. La broderie chinoise fait plus appel à l’intuition, à la sensibilité alors que la broderie japonaise fait appel à la logique et à la rigueur. De ce fait, quand on apprend de façon attentive et sérieuse la broderie japonaise, il est quasiment “impossible de se tromper”.   

Feuilles en broderie japonaise

 

Les dessins sont très nets, parfaits, stylisés.

C’est un style de broderie riche de 46 techniques : la réalisation de reliefs à l’aide de bourrage, de fonds brodés, l’art de torsader les fils de soie pour créer des impressions de perles, le lissage des fils ect… Il est possible d’acheter un eBook, ou un livre papier (en français !!!) qui explique les techniques du Nuido sur le site de la Japanese Embroidery Center.

Le matériel est différent de celui de la broderie chinoise. Par exemple, l’aiguille est très spéciale. Elle a un chas rond et elle est large en haut. Elle coute beaucoup plus cher qu’une aiguille classique car elle a été finie à la main : donc on la garde longtemps et on s’arrange pour ne pas la perdre ! Un autre outil indispensable est le tekobari qui permet de lisser le fil avant chaque point. Le matériel peut se trouver également sur le site de la Japanese Embroidery Center, dans la rubrique tools.

Comment Bénédicte s’est-elle mise à la broderie japonaise ?

Broderie Japonaise 

Ce qui l’a amenée à cette activité c’est sa passion pour le Japon, qui touche une grande partie de la génération Goldorak, comme elle le dit elle-même ! Effectivement, faisant partie de la même génération, je confirme que les heures de visionnage et de lecture de mangas ont pour effet secondaire une sorte de fascination et d’amour inconditionnel pour le Pays du Soleil Levant Sourire ! … Donc passionnée par la culture japonaise, elle s’est mise à l’origami puis à la broderie.

Pourquoi est-elle devenue professeur de broderie japonaise ?

Elle n’avait pas planifié de devenir professeur de broderie japonaise. Mais de fil en aiguille, elle a pris conscient que ce savoir avait tendance à se perdre au Japon. En France, les rares brodeuses françaises initiées vont bientôt prendre leur retraite. Pour participer à la sauvegarde de ce patrimoine, Bénédicte a décidé d’aller au bout de ce cursus.

Broderie Japonaise Shochikubai

Cela lui a pris trois ans, tout en exerçant son métier de contrôleur aérien et en ayant une vie de famille. Elle me dit que cela lui a demandé beaucoup de travail… Bravo ! J’aime les gens qui vont au bout de leurs rêves Sourire !

Comment est organisé l’enseignement de la broderie japonaise ?

Il est possible d’apprendre la broderie japonaise en France en suivant l’enseignement des professeurs certifiés par la Japanese Embroidery Center. Il existe 10 niveaux.

Pour les personnes qui veulent avoir les bases, il est nécessaire de faire les niveaux 1 à 3.

Pour les personnes qui veulent par la suite enseigner, il faut suivre dans l’ordre les niveaux 1 à 9 auprès d’un professeur certifié. Cela peut se faire en France sous forme de stages.

Le niveau 10 doit obligatoirement se faire au sein de la Japanese Embroidery Center soit à Atlanta (USA) ou au Japon afin d’avoir la certification.

Broderie japonaise niveau expert détail

Bénédicte a les yeux qui brillent quand elle parle des quinze jours passés au Japon afin d’avoir la validation de son enseignement. Elle parle d’ailleurs de son voyage sur son blog Au Coeur de Soie. Vous y trouverez également les informations pour pouvoir vous inscrire aux cours de broderie qu’elle donne. 

Pour conclure …

La broderie japonaise est mon autre grand coup de cœur de cette année avec la broderie chinoise Sourire !

Je dis un très grand MERCI à Bénédicte qui a partagé ses anecdotes et sa passion avec moi !

Merci à vous également, cher lecteur, d’avoir lu cet article ! J’ai créé un compte Instagram où je mets régulièrement des photos que vous ne trouverez pas sur mon blog. Je vous y donne rendez-vous et je vous invite à vous y abonner Clignement d'œil !

A Bientôt !

Recherches utilisées pour trouver cet article :professeur de borderie japonaise

Mon premier article invité

 

Bonjour, Cher Passionné du Fil !

Cette semaine, et c’est une première pour moi, j’ai écrit un article sur le blog Patience et Petits Points. Il s’agit du blog de Marie, une bloggeuse passionnée par les arts textiles et plus particulièrement par la broderie.

Broche Lesage couture-et-artstextiles

Dans cet article, je parle de mon initiation à la broderie de Lunéville à l’école Lesage, où j’ai réalisé une broche. Je vous laisse découvrir mon article sur son blog

Pour faire un lien entre mon thème (à savoir l’Asie) et mon article sur Lesage, je voudrais vous faire découvrir le brodeur japonais Satoshi Sekimoto, né à Hiroshima.

En 2005 il étudie à l’école Lesage. Un an après, il collabore avec la maison de broderie pour l’édition de l’excellent livre “L’Ecole Lesage chez Vous” !

L'Ecole Lesage chez Vous

Ensuite, il démarre sa carrière dans la broderie haute couture. Récemment, en 2015, c’est la consécration : il est nommé meilleur ouvrier de France en créant une sublime veste sur le thème de l’Inde des Maharadjah.

J’ai rencontré dernièrement des Français passionnés par les arts textiles de l’Asie. Je trouve génial aussi de voir qu’un Japonais ait trouvé sa voie à travers les traditions textiles françaises. Finalement, le textile permet de tisser des liens entre les peuples et je trouve que cela donne de l’espoir ! Rien que pour cela, on devrait tous s’y mettre Sourire !

broderie chinoise contemporaine

Voici une autre information qui s’adresse à ceux qui voudraient commencer à pratiquer la broderie chinoise : j’ai mis en ligne deux vidéos (en anglais) sur You Tube pour vous aider :

l’Art de séparer les fils en broderie chinoise

Broderie Chinoise : le passé empiétant

Je ne suis pas hyper satisfaite de mes vidéos (j’ai de gros progrès à faire dans ce domaine) mais j’ai décidé de les publier quand même car je trouve qu’elles permettent de voir des gestes utiles pour débuter dans ce type de broderie.

Au niveau du blog, je dois prochainement passer en “https”, car c’est une nouvelle norme sur internet. Donc, il est possible que mon blog soit, par conséquent, en maintenance le temps que je fasse les modifications. Mais pas de panique : je reviens <3  !

A Bientôt ! 

Comment Pratiquer la Broderie Chinoise SU en France ?

 

Jacqueline Poirier portrait

Après mon initiation à la broderie Xiang, je suis allée voir Jacqueline Poirier qui m’a racontée ses aventures pour pouvoir pratiquer la broderie chinoise ! Elle pratique depuis quelques années la broderie Su qui vient de la région chinoise de Suzhou. Cette école de broderie aime particulièrement représenter le chat !

chat en broderie chinoise Su

Jacqueline pratique la broderie depuis toujours. Mais quand on a une vie de famille et professionnelle bien remplies, ce n’est pas simple de trouver un temps pour s’adonner à ses passions et souvent elles sont mises en veille… Une fois que ses enfants sont partis de la maison, elle a ressenti le besoin d’apprendre la broderie avec quelqu’un. C’est alors qu’elle prend ses premiers cours avec Pascal Jaouen.

Par hasard, à l’occasion d’une exposition, elle a découvert la broderie chinoise. L’envie de pratiquer cet art prend alors naissance en elle. Mais elle se heurte à un obstacle de taille : il n’y a pas de professeur de broderie chinoise en dehors de la Chine ! 

Par le biais d’une publicité, elle découvre que Mireille Amar donne des cours de broderie japonaise pour la première fois en France, plus exactement à Nice. Jacqueline habite à Nantes mais à côté d’un voyage au Japon, Nice c’est à côté ! Ce n’est pas de la broderie chinoise mais elle s’implique tellement dans cette activité qu’elle gravie tous les échelons et devient elle-même professeur de broderie japonaise ! 

Mais la broderie japonaise et la broderie chinoise sont vraiment très différentes. Aussi, Jacqueline garde toujours en tête son désir d’apprendre la broderie chinoise.

C’est alors que le miracle d’internet se produit Sourire ! Par le biais de You Tube, Jacqueline découvre qu’une Australienne d’origine Chinoise Margaret Lee donne des cours de broderie chinoise en Hollande. Ce n’est pas en France mais ce qui est quand plus facile que de se rendre en Chine ou en Australie, me dit-elle. Evidemment le cour est en anglais, il y a la barrière de la langue mais ce n’est qu’un détail par rapport à la motivation de Jacqueline !

Broderie chinoise avec Magaret Lee

Jacqueline apprend donc la broderie avec Margaret mais l’histoire ne s’arrête pas là ! En effet, elle décide d’organiser les stages de broderie de Margaret à Nantes. Or, elle n’avait jamais organisé de stage avec toute la logistique et le travail de communication que cela implique ! Jacqueline se trouve donc lancée dans une toute nouvelle aventure. Elle cherche également à promouvoir la broderie chinoise et japonaise en participant à des salons. Elle a commencé par essuyer des refus, où les organisateurs ne prenaient même pas la peine de lui répondre ! Mais la persévérance finit toujours par payer ! Après une phase où elle a produit beaucoup d’effort sans résultats, maintenant c’est elle qui est sollicitée pour participer aux salons.

jonque en broderie chinoise par Jacqueline Poirier

Maintenant, Jacqueline fait des merveilles en broderie chinoise comme vous pouvez le voir la photo de la broderie représentant une jonque. La photographie ne peut pas rendre, hélas, l’effet de miroitement que donnent les fils de soie.

Jacqueline a eu la gentillesse de me révéler le secret de ce tableau. Il est réalisé en utilisant trois couches de fils. Dans la première couche, elle a pris 6 brins dans son fil de soie. Dans la deuxième couche, elle n’en a pris que 4 (pour remplir les premier trous). Dans la dernière couche, elle n’a pris que 2 brins. Le point utilisé est une sorte de point de croix plus ou moins fermé et plus ou moins grand !

Il y a plusieurs choses que j’ai admiré dans l’histoire que m’a racontée Jacqueline : la force de sa passion, sa persévérance, sa générosité. J’aime sa démarche d’amélioration personnelle continue car malgré ses prouesses elle cherche toujours à apprendre et à se dépasser. C’est une véritable pionnière de la broderie chinoise en France et pour tout cela j’ai envie de lui dire un immense MERCI ! 

Si vous êtes intéressé par la broderie chinoise, je vais vous donner des informations qui pourraient vous être utiles.

Les stages de Broderie Chinoise avec Margaret Lee sont organisés à Nantes en général au printemps et en automne. Cette année 2017, ils ont lieu du 15 au 23 mai , puis du 13 au 21 novembre.

Voici le type d’ouvrage que vous pourrez y faire : de magnifiques orchidées !

Broderie chinoise SU niveau débutant

Vous pouvez vous inscrire avec Jacqueline par mail à broderlasoie44@gmail.com. Jacqueline a également son blog broderlasoie, où elle nous donne des informations très intéressantes sur la broderie SU. 

Sur le site de Margaret Lee vous pouvez acheter du matériel de qualité et adapté à la broderie chinoise, ce qui apparemment est très compliqué à trouver en France. Elle a également écrit des livres et j’ai hâte qu’ils soient à nouveau disponibles !

Je vous remercie d’avoir lu cet article et si l’avez apprécié partagez-le Sourire !

A Bientôt !

Recherches utilisées pour trouver cet article :comment faire broderie chinoise

Découverte de la Broderie Chinoise dite Xiang

 

Cette année, j’ai eu la chance de m’initier à la broderie chinoise, plus exactement la broderie Xiang de la sublime région du Hunan. Cette broderie date de plus de 2000 ans et les points retrouvés sur les broderies antiques sont les même que ceux utilisés aujourd’hui. Il existe plusieurs écoles de broderie en Chine et chacune à son thème de prédilection. Celui de la broderie Xiang est le tigre, cela n’empêche pas de retrouver toutes sortes de motifs, notamment ceux en rapport avec la nature !

Prunus sous la neige Broderie Xiang

La première fois que j’ai vu ce type de broderie j’étais sidérée ! Je pensais que c’était de la peinture. En fait, je ne suis pas loin de la vérité car il s’agit de peinture à l’aiguille, où les fils de soie remplacent la peinture. Les motifs sont très réalistes, très précis.

orchidées en broderie Xiang

Pour arriver à faire ce type de broderie il faut faire un dégradé de couleur comme en peinture. Cela à la nuance près que l’orientation du fil va faire varier la couleur. En effet, il ne faut pas oublier que les fils de soie accrochent subtilement la lumière. La broderie chinoise fait donc appel à un grand sens artistique, à la créativité et à la prise d’initiative.

broderie Xiang oiseaux détail

Le cour s’est fait avec mon agréable professeur Xig Xig, ce qui signifie étoile ! Xig Xig travaille pour Hunan Embroidery Research Institute qui est situé dans la ville de Changsha. Le cour s’est déroulé en anglais. (Et oui, je suis très motivée !…)

Xig Xig professeur de broderie chinoise

Elle a utilisé la pédagogie chinoise basée sur l’observation. L’objectif était de broder un lotus qui était déjà imprimé sur un morceau de satin.

broderie Xiang Lotus

Comme il s’agit d’une initiation le modèle proposé était un peu plus simple que celui de la photo, mais ça fait rêver de voir des ouvrages comme ça !

Le matériel :

– un cadre de broderie pour que le tissu soit bien tendu

– une aiguille de broderie extrêmement fine

– un tissu de satin ou de la soie

– des fils de soie avec des camaïeux de couleurs qui vont permettre de faire des dégradés de couleur. Il est très important de ne prendre que les fils de soie conçus pour la broderie chinoise ceux utilisés pour d’autre type de broderie ne seront pas adaptés.

Le principe : Le point utilisé pour la broderie chinoise est le passé empiétant. La clé est de combiner des points longs à des points courts et de ne pas de concentrer sur un seul point. L’idée est donc d’arriver à emboiter les points entre eux, tout en laissant un certain espace entre les points. Si jamais il y a un trou, on peut revenir dessus avec un fil plus fin.

La réalisation : Avant de commencer, il faut séparer les fils de soie en un nombre précis de brins (plus fins que des cheveux). Pour réaliser le lotus, il fallait utiliser 4 brins ce qui, mine de rien, constitue un immense chalenge ! Pour ma part, j’ai réussi à prendre 8 brins, de ce fait le résultat est moins élégant que prévu … 

On débute la broderie sans faire de nœud, pour fixer le fil on fait plusieurs petits points sur place.

Au moment de la réalisation il faut être parfaitement calme, autrement les fils se vengent (ils s’emmêlent, se vrillent, se cassent …). C’est une véritable école du zen de pratiquer la broderie chinoise ! Rapidement, on atteint une grande sérénité (en même temps on n’a pas trop le choix Sourire) !

mon ouvrage de broderie chinoise

Ci-dessus vous pouvez voir où j’en suis actuellement dans mon ouvrage. J’essaie de le continuer dès que je prends le train, quand celui-ci ne bouge pas trop…

Pour ma part, la broderie chinoise est mon gros coup de cœur de l’année ! Le hasard fait bien les choses car lors de cet atelier j’étais assise à côté de Jacqueline Poirier qui pratique depuis quelques années la broderie Su (qui vient de la région de Suzhou en Chine) et qui voulait découvrir une autre école.

Dans un prochain article, je vous raconterais la véritable aventure qu’elle a vécue et continue à vivre pour pouvoir apprendre la broderie chinoise et la promouvoir ! ….

A bientôt !

Recherches utilisées pour trouver cet article :broderie chinoise, broderie chinoise sur soie fin 19è

NEELAM en vidéo

Bonjour, cher Passioné(e) du fil Sourire !

Après une petite semaine où je n’ai pas donné de signe de vie je reviens pour vous donner le lien vers ma nouvelle vidéo où Damien le cofondateur de Neelam nous fait le plaisir de présenter son entreprise avec toute la démarche éthique et écologique qu’il y a derrière.

Ca fait juste plaisir de voir ce beau couple réussir à vivre en accord avec leurs passions (à savoir les voyages et le textile) et leurs valeurs.

Je ne peux que leur souhaiter beaucoup de succès ! 

La prochaine fois nous ferons cap vers la Chine, je ne vous en dis pas plus ….