Comment booster sa créativité ?

 

Cet article fait partie d’un carnaval d’article qui est à l’initiative de Céline Dulac créatrice du blog La Musique et Vous. Comme l’explique Céline sur son blog l’objectif est de laisser des blogueurs de divers horizons s’exprimer sur la créativité. J’ai voulu participer à ce carnaval car je trouve cette approche pluridisciplinaire enrichissante, plus particulièrement pour les personnes qui aiment fabriquer des choses de leurs mains !

La créativité est à la base de toute invention. Cela est vrai dans le domaine de l’art, des technologies, des sciences, de la littérature et même des sports ! Sans créativité, nous n’aurions pratiquement rien de ce qui fait notre quotidien. Nous sommes les bénéficiaires de la créativité de personnes qui ont inventé la roue, l’irrigation, l’écriture, l’architecture, internet … La liste est longue ! Etre créatif permet de rendre ce que l’on fait unique et impactant, et parfois même (dans le meilleur des cas) rendre service aux générations suivantes. Etre créatif c’est aussi le plaisir d’exprimer ce qu’il y a d’unique en nous !

Pourtant une croyance commune semble dire que la créativité est réservée à des personnes spéciales dites “créatives”. Une expérience a montré que la grande majorité des enfants en bas âge se sentent (et sont) créatifs et plus ils grandissent et moins ils se pensent créatifs. Avec le temps, l’éducation et les différents conditionnements, les personnes ont perdu confiance en leur propre créativité et certains même se savent plus comment y avoir accès !

Comment faire si on ne se croit pas créatif ou si on traverse une période de manque d’inspiration ?

1- Prendre soin de son cerveau

Cerveau de Rose, Cerveau Parisien par Smot photo de Jeanne Menjoulet et cie

La créativité nous vient grâce à un merveilleux outil extrêmement puissant appelé : le cerveau ! Donc le premier pas sur le chemin de la créativité est de faire en sorte qu’il fonctionne le mieux possible. Déjà il faut bien le nourrir comme par exemple lui donner des bonnes graisses comme les fameux oméga-3 (trouvé dans les noix, noisettes, amandes…).

Une autre façon de nourrir votre cerveau est de lui donner quelque chose d’intellectuel à se mettre sous la dent ! Lisez régulièrement un bon bouquin (du genre qui active les neurones), continuer à apprendre de nouvelles choses… Le cerveau c’est comme un muscle, s’il n’est jamais stimulé : il se ratatine !

Ensuite, offrez du repos à votre cerveau : dormez suffisamment, méditez, bullez (si possible loin des écrans de toutes sortes)…

2- Aimer ses erreurs

Ce qui va  suivre va être peut être un scoop pour vous ! Dès que que entrez dans un processus de créativité, vous allez vous mettre à faire plein erreurs et d’essais infructueux. On s’imagine quand on voit une belle œuvre d’art, quand on entend un beau morceau de musique que les personnes qui sont derrière tout ça l’on fait sans faire d’erreur, du premier coup ! Et bien, en fait, pas du tout !… Elles ont fait des brouillons, elles ont tâtonné, elles ont répété, elles ont échoué encore et encore avant d’arriver au résultat final !

De plus certaines erreurs sont à la base de grandes découvertes, comme le vaccin. Mais mon erreur préférée est celle à l’origine de la découverte de la tarte tatin Sourire  !

 tarte tatin par Alain Papin

La peur de se tromper est vraiment un frein à la créativité ! Alors quand cette peur vous envahit, pensez au délicieux parfum de la tarte tatin car vous êtes peut-être en train de faire une merveilleuse erreur à l’origine d’une merveilleuse découverte…

3- S’affranchir du regard des autres

Liberté par Christian Mayrhofer

Un autre frein puissant à la créativité est la peur d’être jugé. Or, forcément, quand vous êtes dans un processus créatif vous allez vous attirer les critiques et jugements d’autrui. C’est normal, vous essayer de faire quelque chose de différent de d’habitude, de la “norme”. Donc les gens qui veulent que les choses restent comme elles sont ne vont pas être contents. Tous les créateurs sont passés par cette phase de critique et d’incompréhension. Avez-vous envie de rester prisonnier du regard des autres toute votre vie ? Donc le jour ou on vous critiquera car vous essayer de faire quelque chose de nouveau, dites vous : “Cool, je suis dans un processus créatif !…” Et célébrez ce grand moment !

4- Etre curieux

La créativité a besoin d’une base, car il est quand même extrêmement rare de créer quelque chose à partir de rien. D’ailleurs la première étape en Recherche est de répertorier tout ce qui a été déjà fait sur son sujet d’étude. Ca permet d’éviter de perdre du temps à tenter de réinventer la roue et donne des pistes sur ce qui n’a pas encore été fait. 

Donc plus être plus créatif dans son domaine, il est important d’ailleurs une culture la plus vaste possible. 

Il ne suffit pas d’avoir une vaste culture, mais il faut être aussi capable de “vraiment” percevoir le monde qui nous entoure. Par exemple la nature recèle une mine d’informations et d’inspiration extraordinaire. C’est cette attitude qui a permis à Leonard de Vinci d’imaginer ses avions.

Carnet de Leonard de Vinci par Andreas Hobi

 

Cette capacité de perception est souvent émoussée par les habitudes et la routine. On est tellement habitué de voir quelque chose qu’on ne le voit plus ! C’est pourquoi changer de temps en temps ses habitudes permet de donner un coup de fouet à sa créativité. Cela peut passer par emprunter un autre chemin pour aller faire ses courses, parler avec des personnes différentes de son cercle habituel, aller dans un endroit qu’on ne connait pas, aller à une exposition où on irait pas habituellement, faire des voyages à l’étranger…

5- Changer de perspective   

Perspective par J Michel

 

Parfois il suffit de changer de perspective, d’angle de vue pour être plus créatif ! C’est simple, mais efficace.

Dans le domaine de l’art, le peintre David Hockney utilise ce principe lorsqu’il peint selon le principe de la perspective inversée.

Dans le domaine de la mode cela peut se traduire par la transformation d’un pantalon en veste, ce qu’a fait d’ailleurs la styliste Anne Valérie Hash au début de sa carrière. C’est ce que fait également Olivier Petigny lors de ses ateliers de recyclage. 

recyclage veste réalisée dans un pantalon par Olivier Petigny 

 

6- Ne plus penser en “mode silo”

silo par Doc searls

Créativité est synonyme de pensée divergente, c’est-à-dire capable faire éclater continuellement les schémas de l’expérience” disait Gianni Rodari dans son excellent livre Grammaire de l’imagination. Les entreprises qui veulent innover l’ont bien compris …

Le mode fonctionnement traditionnel d’une entreprise est le “mode silo” : les différents domaines d’expertises (juristes, comptable, ingénieurs, vendeurs …) ne se côtoient pas et chacun reste cloisonné dans son univers. Les entreprises qui ont l’ambition d’innover oublie se mode de fonctionnement.

D’accord, mais en quoi cela nous intéresse ?

L’idée dans cela est que le faire d’arrêter d’enfermer les choses dans des catégories hermétiques permet d’être plus créatif

Ce principe est utilisé fréquemment dans le domaine de la mode.

Par exemple, Gabrielle Chanel a utilisé le jersey pour faire ses premiers vêtements de sportwear à l’époque où ce tissu était exclusivement réservé aux sous-vêtements masculins. La saharienne de Yves Saint Laurent est à la base un vêtement militaire. La Maison Schiaparelli dans une de ses dernières collections a utilisé des torchons et de la faïence comme matériaux alors que ce sont des éléments réservés à normalement à la cuisine. 

7- Considérer que tout est possible

Ils ne savaient pas que cela était impossible, alors ils l’ont fait” Mark Twain. Cette citation est plus qu’inspirante, elle est vraie ! La vie regorge d’exemple !

Le bourdon selon les lois de l’aérodynamiques ne devrait pas voler, pourtant il vole … ! 

Selon les lois de la physique, l’humain ne devrait pas pouvoir voler, ni marcher sur la lune … Il ne devrait pas pouvoir être à Paris et parler avec quelqu’un qui se trouve en Australie, non plus. Ce qui était impossible au 18ème siècle est de nos jours d’une banalité affligeante !

Donc, ne balayer pas vos rêves et votre envie de faire des choses d’une revers de main car elles sont sensées être impossible ! Ayez une confiance énorme en vous, en vos rêves, en la vie et surtout : AGISSEZ !

Chemin par Roland Brunner

 

Pour conclure, je dirais que la créativité n’est pas le but c’est le chemin. Décider d’être plus créatif c’est devenir un explorateur comme Indiana Jones cela présuppose une bonne dose de courage, un brin d’humour et une grande soif de liberté. Imaginez qu’Indiana Jones ait découvert le graal en cinq minutes sans rencontrer la moindre difficulté, ce serait un film pas très passionnant … !

Alors, prenez plaisir à l’aventure qui s’offre à vous quand vous décidez d’être créatif. Cela en vaut la peine, car exprimer l’unicité du merveilleux être humain que vous êtes est probablement le graal !  

Le Tissage Maya contemporain vu par l’association El Camino

 

Lors de mon initiation au tissage Maya avec Olivia Ruiz, j’ai été impressionnée par le travail des tisserands. C’est pourquoi j’ai voulu aller à la découverte de l’entreprise solidaire El Camino qui fabrique du textile en employant les techniques ancestrales mayas.

En effet, leur tissu est tissé par des tisserands mayas de la région du sud du Mexique. Ces femmes utilisent le métier à tisser à ceinture préhispanique.

Métier à tisser traditionel utilisé par El Camino

L’originalité de cette association est liée à la rencontre de designers françaises avec les communautés mayas du Mexique. Cela donne un tissu à la fois traditionnel et contemporain.

Textile Maya contemporain par El Camino

L’objectif de ces passionnées de textiles mayas et françaises est de :

– Sauvegarder la technique de tissage maya traditionnel.

– Sauvegarder l’iconographie maya. En effet, les motifs retrouvés sur les textiles mayas sont riches en symboles. Or, ce savoir s’est perdu au fil du temps. L’association permet aux tisserands d’aller dans les musées textiles pour connaitre et comprendre la signification de ces symboles.

– Contribuer à l’amélioration des conditions de vie des femmes mayas en leur permettant de vivre de leur travail. 

El Camino de Los Altos

Christine Rojas, qui s’occupe de la partie commerciale, a eu la gentillesse de nous parler de son association. Sur ma chaine Youtube, elle nous présente El Camino.

El Camino réalise pour l’instant deux ventes annuelles en France. Pour être invité à ces ventes, vous pouvez vous inscrire sur leur site www.el-camino.fr. Sur leur site, vous allez pouvoir voir également leurs collections et leurs points de vente.

En tant que passionnée de textile, je peux passer une journée entière dans des magasins de tissus pour les choisir. Je n’avais, jusqu’à l’heure, jamais pris réellement conscience du travail des personnes qui me permettent d’avoir ces tissus. La rencontre avec El Camino m’a aidé à en prendre conscience. Ce que j’aime dans cette association, c’est que derrière chaque tissu il y a : une histoire, une tradition et surtout beaucoup de cœur.

Avant de vous quitter, je vous annonce une petite nouveauté : je suis maintenant sur Instagram ! Alors, n’hésitez pas à vous abonner et à “liker” les photos que vous aimez !

A Bientôt !

Bilan de mon premier Défi

Dans trois jours, je vais arriver à la fin des 10 mois que je m’étais donné pour faire mon tour du monde en mode textile. Un petit bilan s’impose alors après ces 10 premiers mois de blogging.

Est-ce que je suis arrivée à boucler mon défi ?  Pas tout à fait … Car pour l’instant j’ai parlé seulement des continents africain et européen. Je pense que j’ai sous-estimé la tâche : il y a beaucoup trop de choses à dire pour arriver à faire cela en 10 mois ! C’est une très bonne nouvelle pour les passionnés du fil ! Cela signifie que les pistes à explorer sont extrêmement nombreuses. L’univers textile est beaucoup plus riche que je ne le pensais. En fait, certains pays à eux seuls pourraient être une source d’inspiration pendant plusieurs années.    

J’ai donc décidé de repousser la date de fin de mon défi. Je me donne jusqu’à la fin de l’année pour parler de l’Europe. En effet, je voudrais absolument vous parler de certains créateurs européens que je trouve vraiment fabuleux et qui m’ont inspirée. Puis je mettrais le cap sur le continent américain pour finir ensuite par l’Asie et l’Océanie. J’aimerais finir mon défi début juillet 2017. Pour y arriver, je vais devoir être plus disciplinée !

Ce que je souhaite faire dans cette deuxième partie de mon défi, c’est de parler un peu plus de la couture de vêtements et d’accessoires car je me rends compte que je n’ai pas quasiment pas abordé le sujet. Or un des objectifs de ce blog est de vous aider à créer votre propre mode. D’ailleurs depuis quelques mois, je travaille sur un bonus que j’aimerais vous offrir et qui a pour but de vous aider à coudre des vêtements. Bon, pour l’instant, je rencontre des difficultés à le mettre en ligne… Mais je vais y arriver ! Sourire

J’ai fais les illustrations de mon bonus moi-même. Ci-dessous, vous pouvez en voir une en avant-première !

Nécessaire de couture par Sophie Malet

 

Ce que je voulais surtout vous dire à l’occasion de ce petit bilan : c’est que je vous suis extrêmement reconnaissante à vous tous qui prenez la peine de lire mes articles, de les “liker”, de laisser des commentaires ….

De tout cœur, MERCI, l’aventure ne fait que commencer !

La Dentelle de Venise

Burano

Je vous ai beaucoup parlé de l’Italie dernièrement, car il y a peu de temps je suis allée à Venise et forcément j’ai été séduite par ce magnifique pays et éblouie par cette ville si atypique. En plus d’avoir la chance d’être dans un endroit magnifique, j’ai découvert un véritable joyau textile : la dentelle de Venise. Plus précisément, cette dentelle est réalisée à Burano, une petite ile aux maisons multicolores qui se trouve à environ 50 minutes du centre de Venise en vaporetto.

  Dentelle de Venise  à Burano

Décorations de Noël en dentelle de Burano

Cette dentelle est réalisée à l’aiguille et permet de réaliser des dessins complexes et d’avoir une texture relativement rigide ce qui fait que l’on peut en faire des bijoux, des broches, des décorations de Noël comme dans la photo ci-dessus…. J’ai vu également de petits tableaux religieux en dentelle de Venise dans les églises. Pour accentuer cette rigidité, il est possible d’insérer dans la dentelle une sorte d’armature en fil de fer.

Musée de la dentelle

Musée de la Dentelle, Burano

A Burano, le Musée de la dentelle retrace l’histoire de cette somptueuse dentelle. Cette technique est née en Italie vers le XVIème siècle. Cet art était pratiqué à l’origine par des Vénitiennes aisées qui s’inspiraient des merveilleux décors où elles vivaient, c’est pourquoi on retrouve des motifs gothiques fleuris dans ce type de dentelle.

Point de Venise 17ème siècle

Dentelle de Venise du XVIIème siècle : Point de Venise 

Puis, cette dentelle très réputée fut fabriquée dans des couvents et ateliers pour embellir les vêtements des personnes fortunées de l’époque.

Dentelle de Venise   Gros Grain de Venise

Dentelle de Venise : Gros point de Venise

Le roi de France faisait venir cette dentelle d’Italie. Puis Colbert, pour faire des économies, fit venir des dentellières vénitiennes en Normandie pour qu’elles transmettent leur savoir, ce qui donna naissance par la suite au Point d’Alençon.

Dentelle de Venise  point de Rose ou rosaline

Dentelle de Venise : Point de Rose

En réponse au Point d’Alençon qui donne une dentelle très fine et délicate, les dentellières vénitiennes inventèrent le “Point de Rose” (Punto Rosa) qui miniaturise les motifs et superpose plusieurs strates, rendant leur travail encore plus complexe. Ce point se répand à partir de 1680. Le point de Neige est encore plus exubérant. 

Dentelle de Venise  point de neige

Dentelle de Venise : Point de Neige

La dentelle de Venise a failli disparaitre au début du XXème siècle au moment où il ne restait plus qu’une dentellière âgée. Heureusement que l’administration italienne fit en sorte que ce savoir soit transmis à des jeunes filles qui pérennisèrent cet art.

Au fond d’une boutique, j’ai eu la chance de voir au travail Bruna, une dentellière expérimentée. Ses doigts experts réalisent des ouvrages blancs dans la pure tradition vénitienne.

Bruna Dentellière à Burano

Bruna, dentellière à Burano

A l’heure actuelle, il existe aussi un courant de dentelle de Venise contemporaine qui utilise de la couleur et explore de nouvelles formes et de nouveaux matériaux.

Dentelle de Venise contemporaine

Dentelle de Venise contemporaine réalisée par Diana Dussi

uovo dentelle venise contemporaine

“Uovo” Dentelle de Venise contemporaine réalisée par Martina Barzan

La prochaine fois, je vous parlerais plus de l’aspect technique de la dentelle de Venise afin que vous ayez quelques éléments de base pour pouvoir vous y mettre. Si cet article vous a plu, je vous invite à le partager avec vos amis !

A bientôt !

Recherches utilisées pour trouver cet article :dentelle de burano contemporain, DENTELLES DE BURANO

Silvia Beccaria, Artiste Textile Tisseuse Contemporaine

 

Silvia Beccaria est une artiste textile italienne originaire de Turin. Elle a tout d’abord étudié la philosophie, puis l’art thérapeutique pour enfin se consacrer à l’étude de la conception textile sous la direction de l’artiste Martha Nieuwenhuijs.

Son travail en tant qu’artiste textile a plusieurs dimensions. Tout d’abord, il a une dimension sociale car elle a conçu des projets utilisant l’art textile comme outil pour aider les handicapés, les prisonniers et les enfants à risque. Ensuite, il a une dimension éducative et culturelle car Silvia a collaboré avec le Musée d’Art contemporain du Castello di Rivoli. Actuellement, elle expose dans des galeries d’art et des musées en Europe.

Mais avant tout, Silvia est une exploratrice ! En effet, elle s’est basée sur l’ancienne technique du tissage à la main pour créer des œuvres résolument contemporaines, de part les matériaux qu’elle emploie. En effet, elle utilise tout ce qui peut être tissé : pvc, caoutchouc, plastique, ballon de baudruche, fibres végétales brutes …. Elle les utilise pour leur couleur, leur transparence, leur consistance, leur flexibilité… Elle réalise ainsi des tapis et des sculptures mais aussi des bijoux très originaux inspirés des gorgerettes historiques du XVIème siècle.

Les photos de Mariano Dallago et de Silvia Paganino, ci-dessous, montrent ces bijoux en version “food art”.   

La Speziale S Becarria

La Speziale de Silvia Beccaria

Détail La Speziale S Becarria

La Speziale, détail de Silvia Beccaria

“La Speziale” est un bijou dont l’objectif est de griser le corps grâce aux arômes. Pour le fabriquer, Silvia a emprisonné des épices (poivre rose, cardamome, coriandre, poivre de Jamaïque) dans des gousses réalisées avec du tulle et du fil de fer et a tissé le tout à la main. 

Bijou aux pains S Beccaria

Bijou aux pains de Silvia Beccaria

Le pain précieux symbole de nourriture devient un majestueux bijou. Pour le faire, il a fallu utiliser 22 variétés de pains (pain au potiron, de seigle, aux noix, pain finlandais, tyrolien, sicilien …) pour créer différentes nuances chromatiques autour du brun.

 

Bijou du jardin Beccaria

Bijou du jardin de Silvia Beccaria

Détail Bijou du jardin Beccaria

Bijou du jardin, détail de Silvia Beccaria 

Pour réaliser le “Bijou du jardin”, Silvia a tissé des tubes de pvc transparent contenant des graines de légumes (chicoré, carotte, persil, aubergine, laitue…) pour mettre en avant la beauté de leurs formes.

Bijou en fruit Beccaria

Bijou en fruit de Silvia Beccaria

Détail Bijou en fruit Beccaria

Bijou en fruit, détail de Silvia Beccaria

Pour créer “Bijou en fruit”, il a fallu utiliser le jus de 34 fruits différents (ananas, melon, fraise …) et les embouteiller dans des tubes de pvc transparents. Ils ont été ensuite tissés sur cadre en fonction de leur couleur. Ils ne sont plus alors nourriture pour le corps mais pour l’imagination ! 

J’espère que cet article a stimulé votre créativité et vous a donné envie de devenir “un explorateur” vous aussi !

A bientôt !

Broderie Glazik : Comment décorer des points de chaînette ?

 

Dans la broderie Glazik, il existe deux méthodes pour rendre les points de chaînette encore plus raffinés de façon très simple. Cela permet d’avoir une broderie avec encore plus de bombé et de jouer davantage avec les couleurs.

Méthode 1 :

Le principe de cette première méthode est d’enrouler un deuxième fil autour d’un point de chaînette déjà réalisé.

decorer les points de chainette methode 1

decorer un point de chainette 1

Tout d’abord il faut réaliser le motif au point de chaînette.

Si vous ne savez pas faire le point de chaînette je vous renvoie à mon article “Point de base de broderie : le point de chaînette”.

Dans l’exemple, mon motif est le mot “Karantez” (ce qui signifie amour en breton) et le point de chaînette est réalisé en jaune. Je commence par faire un nœud deuxième fil (rouge dans l’exemple). Je pique vers l’arrière du tissu (pour qu’on ne voit pas le nœud), à l’intérieur de la première boucle du point de chaînette.

decorer un point de chainette 2

Puis je fais passer le fil rouge sous le point de chaînette en commençant par faire passer le chas de l’aiguille.

Ensuite je fais passer le fil au-dessus du point de chaînette. Je procède ainsi jusqu’à ce que chaque ligne de mon motif soient recouvertes. Si vous n’utilisez pas le même coloris partout vous pouvez faire un dégradé de couleur.

amour en breton

Méthode 2 :

Le principe de cette deuxième méthode est d’enrouler un fil sur chaque coté du point de chaînette.

decorer les points de chainette methode 2

decorer un point de chainette methode 2

Comme précédemment, un motif en point de chaînette est réalisé au préalable. Dans ce deuxième exemple, mon motif est le mot “Peoc’h” (qui signifie paix en breton).

Avec le deuxième fil (vert dans l’exemple) je commence comme dans la méthode 1. Mais au lieu de passer le fil sous le point de chaînette en entier, je le passe que sous la moitié du point. Je passe ensuite au dessus de la moitié du fil. Je répète l’opération jusqu’à ce que tout le ligne soit recouverte sur sa moitié (gauche dans l’exemple)

Avec un troisième fil (toujours vert dans l’exemple) je fais la même chose mais sur la partie droite du point de chaînette cette fois-ci. 

paix en breton

 

Voici deux petites méthodes utiles à maitriser pour réaliser la broderie Glazik.
Je vous invite à pratiquer et à vous amuser !

A Bientôt !

Recherches utilisées pour trouver cet article :les points glaziz

Comment faire un point de feston ?

 

Le point de feston est un point de base en broderie qui utilisé dans différents styles de broderie (Broderie Glazik, Broderie Blanche, Richelieu …). Il était aussi utilisé anciennement pour faire les boutonnières à la main.

Ce point lorsqu’il est lâche est appelé point de grébiche et lorsqu’il est serré est appelé point de feston. Le point de feston peut être utilisé pour remplir des motifs.

Sur l’image, ce qui a été réalisé au point de feston c’est le centre de la fleur, les pétales et l’intérieur des feuilles.

 point de feston 1

Il faut commencer par faire un nœud pour que le fil reste bien accroché au tissu.Ensuite, il faut piquer sur l’arrière du tissu de sorte que le fil sorte au niveau de la petite bordure que l’on veut créer.

point de feston 2

Le geste suivant est de piquer dans le tissu (sur l’avant) au niveau du côté opposé du motif et de refaire sortir l’aiguille à côté de la sortie du fil. On fait passer le fil sous l’aiguille et on tire : on obtient alors le premier point. On répète l’opération jusqu’à ce que le motif souhaité soit rempli.

Lorsque j’ai réalisé ces points de feston c’était la première fois que je faisais cela et les premiers n’ont pas été réussis (surtout au niveau du cœur de la fleur). En effet, un point réussi doit être bien régulier.

Une astuce qui aide pour avoir un point régulier est de coudre vers soi. C’est à dire qu’il faut tenir son ouvrage de sorte que la pointe de l’aiguille vienne vers soi.

Voici donc un point technique à maitriser si vous voulez faire de la broderie à la main. Une fois que vous avez compris le truc, il n’y a pas de secret : il faut pratiquer, pratiquer, pratiquer et encore pratiquer…. Ce que je vous invite à faire !

A bientôt !

Recherches utilisées pour trouver cet article :comment faire un point point, comment faire des feston couture, image point de feston

Initiation à la Broderie Glazik avec Pascal Jaouen

Comme promis, je vais vous parler de mon initiation à la broderie Glazik avec Pascal Jaouen et partager avec vous ce que j’ai appris. Tout d’abord je tiens à préciser que je suis novice en broderie. Quand j’ai pris ce cours, je ne savais pratiquement rien en broderie !

L’objectif de cette séance est de faire une fleur typique des costumes traditionnels de mariage breton qui comporte deux feuilles en forme de cœur, ce qui symbolise l’amour.

Matériel :

– du fil de soie

– du fil à bâtir

– un tissu en lin

– du drap de laine, utilisé à l’arrière du tissu pour lui donner de la tenue

– une aiguille N°7 ou 8

– des ciseaux de brodeuse

Etape 1 : Assemblage

etape 1 broderie Glazik

La première étape consiste à assembler avec le fil à bâtir le tissu de lin avec le drap de laine en faisant un point avant grossier au bord du drap de laine et autour du dessin. Un petit point est également fait au centre des feuilles et de la fleur pour améliorer la stabilité.

Etape 2 : Réalisation des points de chaînette

Un point de chainette est réalisé autour du cœur de la fleur et sur les tiges et nervures des feuilles et également autour des feuilles.

Les points autour du cœur de la fleur doivent être extrêmement fins. Ceux au niveau des feuilles sont trois fois plus gros que ces derniers.

Si vous êtes débutant et que voulez savoir comment faire un point de chaînette je vous invite à voir le tuto “point de base de broderie : le point de chainette” que j’ai réalisé.

Etape 3 : Faire un œillet percé

Pour réaliser le cœur de la fleur, il faut faire un œillet percé.  Cela consiste à faire un petit trou au centre du rond tout simplement en plantant la point des ciseaux dans le tissu et en tournant ( comme si on enfonçait une vis dans un mur). On réalise ensuite un point de feston en partant du trou au centre de la fleur.

Si vous êtes débutant, patience, je vais prochainement faire un tuto montrant comment faire un point de feston.

Etape 4 : Décorer les points de chaînettes

Pour rendre la broderie plus raffinée, nous décorons les point de chainette situé au niveau des tiges et des nervures en enroulant un fil de soie de couleur contrasté autour des points de chainette.  Là aussi pas de panique, je montrerai comment faire dans un prochain tuto !

broderie Glazik étape 4

Etape 5 : Réalisation des points de feston

Nous réalisons des points de feston pour faire les pétales et le centre des feuilles. Le fait d’utiliser des nuances différentes de couleurs permet d’avoir une broderie qui a plus de relief. C’était la première fois que je faisais un point de feston, donc au début le résultat était catastrophique ! Ca s’est amélioré petit à petit mais ce n’est pas encore parfait. Devenir brodeur ne se fait pas en 2 heures évidemment …

 

Broderie Glazik fin

Mon initiative personnelle sera de rajouter des perles de rocaille, plus particulièrement aux endroits où mes points de festons n’ont pas été terribles … J’ai décidé aussi d’écrire en breton les mots amour (karantez) et paix (peoc’h) au point de chaînette.

broderie bretonne

J’espère que cet article vous donné envie de pratiquer la broderie Glazik ! La prochaine fois je montrerai en détail comment faire un point de feston.

En attendant, je vous invite à partager cet article avec vos amis en cliquant sur “J’aime” juste en dessous.

A bientôt ! 

Recherches utilisées pour trouver cet article :dudrap Pascale, realiser les points de broderie bretonne

Zoom sur : Pascal Jaouen Brodeur et Styliste Breton

Détail veste brodée Pascal Jaouen

J’ai eu l’immense chance de rencontrer Pascal Jaouen lors du dernier Salon de l’aiguille en fête à Paris et de prendre un cour de broderie avec lui. 

Il m’a parlé de son parcours atypique et inspirant. Né en Bretagne, il porte sa région et ses traditions dans son cœur et dans son sang. C’est donc très jeune qu’il s’intéresse à la broderie bretonne. Un jour, il se rend compte que le métier de brodeur était un métier en perdition. Pascal, qui à la base était jardinier paysagiste, décide alors d’apprendre la broderie.

Il apprend donc de façon autodidacte auprès de toutes personnes qui ont bien voulu lui transmettre leur savoir. Il s’instruit auprès des anciens qui lui révèlent alors des points qui n’avaient pas été répertoriés dans les manuels. Il s’est également formé à l’école Lesage à Paris. Faisant une synthèse de tout ce qu’il a appris, il entreprend ensuite de moderniser les points traditionnels.

Afin de sauvegarder les traditions de broderie de sa Bretagne natale, il ouvre une école de broderie à Quimper. C’est l’occasion pour lui de transmettre sa passion et son gout de l’excellence. Il propose également des formations professionnelles.

Il organise aussi régulièrement des stages à Paris et à Lyon. Vous trouverez toutes les informations utiles sur son site www.pascaljaouen.com.

En plus d’être un brodeur extrêmement talentueux et créatif, il est également styliste et il réalise des tenues féériques qui pourraient habiller les personnages mythiques de la forêt de Brocéliande. Ses créations font régulièrement l’objet de différentes expositions. Il est maintenant reconnu par les plus grands de la mode comme Jean Paul Gauthier.

collection Gwenn ha du

Jusqu’au 16 septembre la collection Gwenn Ha Du est exposée à Quimper. Gwenn Ha Du, qui signifie littéralement “blanc et noir” en breton, est le nom du drapeau breton. Cette collection fait l’objet d’un livre également. La pièce emblématique est la robe qui fait la couverture de ce livre. Elle est construite autour de l’hermine, symbole de la Bretagne.

Afin de voir Pascal Jaouen parler lui-même de son travail, je vous invite à suivre le lien suivant :  Rencontre avec Pascal Jaouen !

Par ailleurs, je voudrais particulièrement remercier mon frère Cyriaque Malet qui a réalisé la bande son de cette vidéo. Ce morceau s’appelle “Clouds and Dirt”. Si vous aimez la guitare, je vous invite vous rendre sur son blog Maitriser la guitare !   

J’ai également créé un album montrant certaines des merveilleuses créations de Pascal Jaouen sur ma page Facebook que je vous invite à visiter.

A Bientôt !

Recherches utilisées pour trouver cet article :veste jaouen

La Broderie Glazik, broderie de Quimper

Quimper

La broderie Glazik est un style de broderie propre à Quimper, capitale de la Cornouaille en Bretagne. Quimper étant un port, cette broderie a probablement des racines orientales grâce aux marins qui ont rapporté des pièces brodées de leurs voyages. Jusqu’en 1914, les hommes portaient le costume Glazik, lors des grandes fêtes de la vie : mariage, communion, grands pardons …

costume Glazik

Couverture du livre Le Costume Gladiz (Anne Marie Goalès, Marie Paule Postec, Paul Balbous)

Glazik est un mot breton qui signifie “petit bleu”.

En effet, le costume Glazik est en drap de laine bleu brodé de fil de soie. A l’intérieur, il y avait un drap rouge symbole d’amour et de mariage.

La Broderie Glazik est un style de broderie qui regroupe un grand nombre de point. De nos jours, ce style de broderie est utilisé en ameublement et dans la haute couture. Cela grâce à un brodeur breton de génie, Pascal Jaouen, qui a contribué à ce que cet art ne tombe pas dans l’oubli. 

Broderie Glazik

Broderie Glazik, Pascal Jaouen

J’ai eu la chance de m’initier à la broderie Glazik avec Pascal Jaouen. Je vais donc vous montrer ce qu’il m’a appris dans mes prochains posts. Je vais être obligé de faire plusieurs articles car il y a beaucoup de chose à dire …

En attendant je vous invite à partager cet article avec vos amis en cliquant sur “J’aime” juste en dessous !

A bientôt ! 

Recherches utilisées pour trouver cet article :art glazic 29259, broderie de quimper, broderies pays glazik, la broderie et les hommes en bretagne