Le Mola

Le mola a été créé et est pratiqué par les Kunas, un peuple qui habite le petit archipel coralien paradisiaque des San Blas (Panama).

oiseaux en mola

Actuellement la situation des Kunas est précaire car ils feront parti des premiers touchés par les conséquences du réchauffement climatique. C’est pourquoi cela me touche plus particulièrement de parler de cet artisanat. De plus, c’est la première technique de patchwork que j’ai découverte et que j’ai pratiquée. C’est probablement cette technique qui a initié, chez moi, la passion textile.  

mola plumage d'oiseaux

Le mot mola signifie littéralement “plumage d’oiseau” et effectivement certaines pièces font penser à des plumage d’oiseaux exotiques. En effet, l’utilisation de tissus de couleurs vives et franches est une des caractéristiques des molas traditionnelles. C’est cet aspect extrêmement coloré qui a déclenché un immense coup de cœur chez moi.

Christ en Mola

Cet art est né de la rencontre entre les Kunas et les blancs, car jusqu’à leur arrivée les femmes vivaient seins nus et se peignaient le corps. En adoptant le vêtement occidental (de gré ou de force), elles ne renoncèrent pas pour autant à leur culture en créant non seulement des habits originaux mais aussi un nouveau mode d’expression pictural. Les molas racontent, telles des livres ouverts, des mythes et des récits traditionnels en rapport avec les rites, les animaux, les plantes ect…

mola et mythe

Pour faire un mola, on utilise les techniques d’appliqué et surtout d’appliqué inversé

Petit point définition 

– L’appliqué qui est une technique très utilisée en patchwork qui consiste à coudre un morceau de tissu sur un autre tissu qui sert de base.

broderie et mola

– L’appliqué inversé comme son nom l’indique, consiste à faire l’inverse ! On place différents tissus en dessous du tissu de base. On découpe les tissus supérieurs en suivant le tracé d’un dessin : ce qui va révéler progressivement les tissus inférieurs. La couture se fait progressivement  après chaque découpage soit à la main, soit à la machine.

mola appliqué inversé

 

Une des dernières étapes du travail est de réaliser des broderies qui permettent de faire des dessins plus fins. Avec ces techniques, le moindre dessin géométrique devient beau et sophistiqué.

Une fois qu’on a compris le principe, on peut faire le dessin que l’on veut ! Chacun peut raconter sa propre histoire. Pour ma part la première histoire que j’ai raconté grâce à la mola est celle du jardin créole en référence mon enfance.

mon premier panneau en mola

Voilà, j’espère que cet article vous a donné envie décrire votre propre histoire à l’aide d’un fil et d’une aiguille Sourire !

Vous pouvez aller sur ma page facebook pour voir l’album photo consacré au mola et je vous invite à “liker” la page pour pouvoir être tenu au courant des news !

Merci d’avoir lu cet article et à Bientôt !

PS : les molas photographiées (mis à part celle que j’ai cousue) sont issues des collections particulières de JL Baconnier, R. Aknin, M. Simmons et M De Leon. Merci à eux !

Recherches utilisées pour trouver cet article :morceaux de tissu en mola, mola

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *