L’Indigo pigment emblématique de l’Afrique de l’Ouest

L’indigo, pigment naturel utilisé traditionnellement dans le monde entier depuis l’antiquité, me fascine particulièrement. En Afrique de l’ouest, c’est le pigment le plus couramment utilisé. 

Il est produit par différentes variétés de plantes à indigo. Dans les régions chaudes du globe, c’est l’indigotier qui va fournir ce précieux pigment. Il existe plusieurs variétés d’indigotier, mais c’est l’Indigofera tinctoria qui est le plus commun.

 indigotier (indigofera tinctoria)

Indigotier (Indigofera tinctoria)

De nombreux pays africains fabriquent et utilisent ce pigment de façon ancestrale, chacun bien entendu le fait à sa façon. 

cuve d'indigo Nigeria

Cuves d’indigo au Nigéria

femme fabricant de l'indigo

Femme fabricant de l’indigo au Mali

 

Au Mali, la méthode traditionnelle consiste à faire fermenter des feuilles d’indigo dans un milieu rendu alcalin grâce à de la cendre et d’y ajouter des substances sucrées comme du miel, des dattes ou de la mélasse. Cette cuve est légèrement chauffée à moins de 50°C. Cette méthode est longue et prend plusieurs semaines.

Le coton teint à l’indigo est très présent dans l’habillement traditionnel de l’Afrique de l’ouest. Il est utilisé, par exemple, dans la tenue traditionnelle des Dogons au Mali.

tenue traditionelle Dogon indigo

Tenue traditionnelle au Pays Dogon (Mali)

 

vêtements indigo

Marché au Pays Dogon (Mali)

Le coton indigo est porté à tout âge par les hommes, comme par les femmes. La pratique de la teinture à réserve permet d’agrémenter le bleu indigo jugé austère en créant des motifs. Les motifs sont obtenus par nouage, couture, pliage réalisés avant la teinture. Ces actions vont empêcher l’indigo de se fixer sur ces zones et cela va créer des motifs blancs. Ces motifs reflètent l’environnement des teinturiers.  Par exemple, les V superposés symbolisent les tresses des femmes. Dans la photo en dessous, le tissus du milieu comporte trois “paniers” qui symbolisent l’argent, l’éducation et le pouvoir. Certains motifs ont même des significations secrètes réservées aux initiés.

textile indigo nigeria

Indigo au Nigéria (photo d’Eugène Kim) 

Actuellement, l’indigo de synthèse supplante l’indigo naturel pour des raisons de rentabilité. Heureusement que des personnes comme le designer textile malien Aboubakar Fofana luttent pour que les savoir-faire ancestraux ne meurent pas.

J’ai eu la chance d’apprendre à faire une cuve d’indigo naturel avec l’artisan de talent Magali Bontoux. Je partagerais cette expérience avec vous la prochaine fois.

En attendant, si vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime” pour le partager avec vos amis ! A bientôt !

Comment relooker un fauteuil BZ grâce au Wax ?

Les fauteuils BZ sont pratiques et peu couteux mais leur potentiel décoratif est assez limité. Mon idée est de donner une touche d’originalité à cet objet banal. Je vais donc vous montrer comment j’ai réalisé une housse en wax pour mon fauteuil BZ.

Voulant créer une atmosphère calme, je me suis dirigée vers des couleurs sombres. Mais une touche d’anis apporte de la gaieté. Le wax que j’ai acheté provient du Nigéria. Pour connaitre la provenance du wax et être sûr de sa qualité, c’est facile : c’est écrit dessus !

Wax du NigeriaWax du Nigéria

A l’époque où j’ai acheté ce tissu, j’ignorais que les motifs avaient une signification. Pour moi, les motifs de mon tissu ressemblent à des cabosses de cacao et cela réjouit mon côté gourmand !

J’avais décidé de mixer mon morceau de wax avec des tissus en coton unis assortis pour différentes raisons. D’une part, je trouvais cette association agréable à l’œil . D’autre part, cela me permet d’avoir suffisamment de tissus pour faire la housse et d’autres projets.

Pour réaliser cette housse, j’ai utilisé directement le fauteuil comme gabarit. Tout d’abord, j’ai fixé le tissu (en double exemplaire) sur le coté du fauteuil grâce à des épingles. (Pour des raisons de sécurité, il faut bien veiller à ce que votre entourage ne s’approche pas du fauteuil tant qu’il y a des épingles dessus !)

 prise de dimension

Puis, j’ai coupé les deux tissus en gardant une marge de couture d’environ 3 cm. En un seul geste, j’ai donc coupé la partie droite et gauche de la housse.

                                                    tissu coupé              ajustement

La partie la plus délicate de cette coupe, c’est l’angle de l’assise. Il faut veuillez à ce que cette partie soit bien ajustée pour que la forme de la housse épouse bien celle du fauteuil. Pour cela, j’ai fait une petite entaille au ciseau pour faire l’ajustement nécessaire et bien ouvrir le tissus  au niveau de cet angle.

Une fois les tissus correspondant aux cotés du fauteuil coupés, il faut couper les tissus qui vont être dans la partie centrale, toujours en gardant une marge de couture d’environ 3 cm au niveau de la longueur et de la largeur.   

J’ai ensuite assemblé les pièces de tissus (composant la partie centrale de la housse) à la surjeteuse.

Surjeteuse Brother Surjeteuse Brother

Cela m’a permis de réaliser l’assemblage en un temps record. En effet, le tissu est assemblé, coupé et surpiqué en un seul geste. La surjeteuse permet vraiment d’avoir une finition impeccable avec peu d’efforts. 

                                                       assemblage à la surjeteuse       couture à la surjeteuse

 

Cet assemblage se fait sur l’envers du tissus. Mais comme vous le voyez, il y a peu de différence entre l’endroit et l’envers d’un wax de qualité.

Il faut ensuite vérifier si l’assemblage de tissus réalisé recouvre bien la partie centrale du fauteuil : à l’avant, à l’arrière et cela jusqu’au sol. Une marge de couture d’environ 5 cm doit être également prévue pour pouvoir réaliser un ourlet tout en bas de la housse. 

assemblage wax et coton

Ensuite, j’ai assemblé la partie centrale avec les cotés de la housse. Comme l’opération était un peu délicate et que c’était la première fois que je réalisais ce type d’ouvrage, je n’ai pas directement assemblé à la machine. J’ai tout d’abord fait une couture provisoire à la main avec un fil à bâtir.

assemblage de la housse en wax 

J’ai ensuite passé cette couture provisoire à la machine et retiré le fil à bâtir tout simplement en tirant dessus. Une fois l’assemblage et les finitions faites, il ne reste plus qu’à réaliser l’ourlet, en repliant le tissus sur lui-même. Pour plus de maitrise, j’ai d’abord cousu à la main. Puis, j’ai fait un point avant à la machine au-dessus de cette couture provisoire.

ourlet de la housse Ourlet de la housse en wax

 

Une fois l’ourlet cousu, la housse est finie et il ne reste plus qu’à profiter du résultat !… Mais comme j’étais lancée, dans la foulée j’ai également cousu des coussins assortis et recouvert une petite méridienne.

Cela m’a pris un après-midi pour réaliser cela et relooker mon salon.

 fauteuil BZ et  Wax

 

 

J’espère que cet article vous donne envie de faire la même chose chez vous.

En attendant, si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à cliquer sur “j’aime” ! A bientôt !  

Le Wax, tissus africain ?

Wax sur le marché au Nigéria

Vente de Wax sur un marché au Nigéria (photo de Zouzou Wizman)

Dans mon esprit, le textile africain est immédiatement associé au wax. Mais, ai-je bien raison ? Est-ce bien un tissus typiquement africain ? Après quelques recherches, j’ai tout d’abord découvert que le mot Wax signifiait “cire” en anglais. En effet, les dessins de ce tissus en coton sont réalisés grâce à de la cire selon la technique du batik qui est originaire d’Indonésie.

Au XIXème siècle, l’Angleterre et la Hollande avaient industrialisé la technique du batik afin de mettre sur le marché des batiks à faible cout. Si les indonésiens boudent ces tissus, les habitants de l’actuel Ghana, eux, les plébiscitent. La production de ce tissus sera purement européenne jusqu’en 1960, année de l’ouverture de la première usine de Wax au Ghana. Ensuite de nombreux pays africains ouvrent leurs propres usines. Au Togo, le wax a même permis l’enrichissement de certaines femmes : les célèbres Nanas Benz (nom qui fait allusion aux voitures allemandes qu’elles aiment s’offrir).

wax porté en famille

Femme et enfants portant du Wax (photo de Go2net)

J’ai été surprise de découvrir que les motifs de ce tissu constituaient un véritable langage pour la femme.

Par exemple, le motif  “Tu sors, je sors” signifie : “Mari, attention à toi ! Si tu es infidèle, je le serai aussi !”

Le motif “Mon mari est capable” signifie : “Mon mari me comble”. Le motif “Feuille de gombo” signifie : “j’ai à offrir”…

Certains sont inspirés du quotidien et sont souvent teintés d’une bonne touche d’humour.

Wax motif du quotidien

Motifs de Wax représentant des ordinateurs portables (exposition au Birmingham Museum and Art Gallery 2012)

Si le Wax est à l’origine un tissus métis, l’Afrique se l’ai vraiment approprié et y a insufflé son âme.

Wax tissus africain

Wax (photo de Tommy Miles)

Depuis les années 2000, le Wax part à la conquête du monde et se trouve fréquemment sur les podiums ou dans les collections de prêt à porter.

Wax à Fashion week

Fashion Week de New York 2011 (Photo de J-No)

Wax à Afropunk Fest Brooklyn

Wax porté à l’Afropunk fest à Brooklyn en 2015 (photo de J-No)

 

Si vous voulez voir plus de photos, je vous invite à aller sur la page Facebook du blog où vous aurez accès au carnet d’inspiration réalisé autour de ce magnifique tissus !

La prochaine fois, je vous montrerai comment relooker un simple fauteuil BZ grâce à du Wax ! A bientôt !

Comment coudre un coussin d’inspiration africaine en pas à pas ? Etape 3

Troisième Etape : Coudre à la machine et faire le rembourrage

Maintenant que les tissus sont parfaitement coupés, il est temps de les assembler à la machine. La machine que j’utilise est une machine familiale et polyvalente. Elle a la caractéristique d’être électronique avec un écran tactile et de broder également. L’enfilage du fil est automatique, c’est pourquoi j’ai choisi ce modèle. Dans votre cas, je vous invite à bien suivre la notice de votre propre machine à coudre. En effet, pour avoir une bonne qualité de couture, il est crucial que la tension du fil supérieur (qui se retrouve dans l’aiguille de la machine) et du fil inférieur (qui se trouve dans la canette) soit parfaite. Le point de la couture obtenue doit être régulier et plat.  

machine à coudre brother

Machine à coudre Innovis 500 D (Brother)

Canette installée

Canette installée dans la machine

Une fois que le fil supérieur et inférieur sont bien installés, vous pouvez placer les tissus (qui vont correspondre aux deux faces du coussin) sous le pied de biche. Il faut bien veiller à ce que les tissus soient “endroit contre endroit”. C’est à dire que les faces “les plus belles” des tissus doivent être l’une contre l’autre. 

tissus en dessous du pied de biche

Tissus placés en dessous du pied de biche “endroit contre endroit”

Comme vous n’avez pas tracé de ligne à l’emplacement de votre future couture, vous allez utiliser le côté droit de votre pied de biche comme point de repère. Il faudra guider vos tissus de sorte que leur bords épousent toujours le le côté droit du pied de biche.

Pour assembler deux tissus, le point droit est le point adapté. 

point droitPoint Droit

Commencez à coudre 2 à 3 points, puis revenez en arrière afin de consolider votre couture. C’est ce qu’il s’appelle faire un point arrière.

poin arrièreFaire un Point Arrière

Puis reprenez votre point droit en suivant tout le tour du futur coussin. Les coutures doivent être parallèles au bord des tissus. Veillez à arrêter votre couture de façon à laisser un espace suffisant pour votre main pour pouvoir retourner le tissus et également le remplir avec la mousse. A la fin de votre couture, vous devez à nouveau faire un point arrière afin de consolider votre couture. Afin de consolider votre ouvrage, je vous conseille de faire un petit point zig-zag entre votre couture et le bord du tissus, toujours en laissant un espace libre pour votre main.

point zig zag

Point Zig-Zag pour faire la finition et consolider

Une fois la couture faite, vous pouvez retourner vos tissus assemblés au niveau de l’espace que vous avez laissé. Ensuite il suffit de les remplir avec de la mousse.

tissus retourné

Tissus assemblés retournés

rembourrage de coussin

Endroit où il faudra faire la dernière couture

Maintenant que votre coussin est rembourré, il reste un petit espace non cousu. Vous allez donc replier les deux tissus (non assemblés) de sorte que leurs bords se retrouvent à l’intérieur du coussin. Puis il vous suffit de faire une couture au point avant. Bien entendu, vous avez fait un point arrière au début et à la fin de cette dernière couture, pour qu’elle soit bien solide. 

Voilà, maintenant vous pouvez faire autant de coussins que vous désirez et raconter ce que vous avez fait en laissant vos commentaires. La prochaine fois, je vous parlerais d’un tissus que j’aime beaucoup : la Wax ! En attendant, je vous souhaite une bonne couture ! 

Comment coudre un coussin d’inspiration africaine en pas à pas ? Etape 2

Deuxième étape : La coupe du tissus

J’ai négligé cette étape jusqu’à ce que je fasse un stage de couture avec une couturière. C’est alors que je me suis rendue compte qu’un ouvrage bien coupé est déjà à moitié cousu !

Avant, je traçais au feutre mes futures coutures. Je coupais en laissant une marge de couture aléatoire, puis je cousais à la main une couture temporaire au fil à bâtir. Cela me prenait un temps fou !

Maintenant, je trace non plus à l’emplacement de mes futures coutures mais où je vais couper mon tissus en laissant une marge précise. Dans le cas des coussins une marge de couture de 1 cm est suffisante.

En faisant du patchwork, j’ai découvert une astuce supplémentaire : l’utilisation du cutteur rotatif et de la règle de quilting cela permet de gagner encore plus de temps.

 cutter rotatif

cutter rotatif

règle de quilting

règle de quilting

planche à découper pour cutter rotatif

planche à découper pour cutter rotatif

Je place mon tissus imprimé et mon tissus uni sur la planche à découper, je place la règle à l’endroit où je veux découper en me repérant grâce aux graduations sur la planche et la règle et en un seul geste j’ai découpé plusieurs épaisseurs de tissus de façon précise.

 

P1270030

P1270032

comment placer ses  doigts

Avec l’autre main il faut maintenir fermement la règle et les épaisseurs de tissus, mais bien entendu il ne faut pas laisser trainer ses doigts …

Dans le cadre de la couture des coussins, ces trois derniers outils font gagner du temps. Mais je vous déconseillerais de les acheter si vous faites de la couture d’ameublement de façon occasionnelle dans ce cas contenter vous de tracer les découpes avec un feutre et une règle d’écolier et d’utiliser une bonne paire de ciseaux pour couper. Par contre si vous faites beaucoup de couture d’ameublement ou si vous voulez faire du patchwork traditionnel, ce sont vraiment des outils indispensables.

Maintenant la parole est à vous car vous pouvez laisser vos commentaires en dessous. A bientôt !

Comment coudre un coussin d’inspiration africaine en pas à pas ? Etape 1

Première Etape : Réunir tout le matériel nécessaire

Etant quelqu’un de débordé, il est important pour moi de coudre le plus rapidement possible. Aussi, mon objectif est de vous donner certaines astuces pour réaliser plusieurs coussins en un minimum de temps.

Déjà, une première astuce simple qui au final fait gagner un temps considérable, c’est d’avoir tout le matériel nécessaire avant de commencer. Je ne connais rien de plus démotivant que d’arrêter un travail de couture en plein milieu, car il manque quelque chose …

Le matériel de base :

le materiel de base pour coudre un coussin

Pour réaliser deux coussins de dimensions 35 cm sur 56 cm il vous faudra comme matériel de base :

une machine à coudre, cela représente un investissement qui vaut le coup car coudre à la machine permet de réduire son temps de couture par 10 …

du tissus imprimé synthétique, ayant une dimension de 0,9 m (en 1,5 m de large) sera nécessaire pour 2 coussins de 35 cm sur 56 cm. En effet, il faut prévoir des marges de couture et il est préférable de prévoir toujours un peu plus par sécurité. Ce tissus sera lavé au préalable à 30°C. 

du tissus en coton uni, de même dimension que le tissus imprimé. J’aime bien faire des coussins avec des faces différentes car c’est plus économique et ça permet de mieux structurer les coussins. 

de la mousse pour le rembourrage, celle que j’ai utilisée est synthétique mais vous avez un large choix de matière dans le commerce.

du fil assorti, pour éviter qu’il ne se voit. 

une bonne paire de ciseaux, réservée à la couture

un mètre ruban, afin de prendre les mesures avec précision

un feutre lavable à l’eau, que vous pouvez piquer aux enfants Sourire

des épingles, pour maintenir les tissus entre eux lors de la couture et éviter d’avoir besoin de faire une première couture temporaire ce qui permet de gagner un temps fou

un découd-vite, pour découdre rapidement en cas d’erreur

découd-vite

 

Los du prochain article, je vous donnerais des astuces pour gagner du temps lors de la deuxième étape : à savoir la coupe du tissus. En attendant vous pouvez déjà laisser vos commentaires.

Comment mettre facilement une touche africaine dans votre déco ?

Notre voyage débute en Afrique, berceau de l’humanité. Quand je pense à ce magnifique continent ce qu’il me vient immédiatement à l’esprit c’est la faune extraordinaire !

Zèbres Afrique du Sud(Photo prise en Afrique du Sud par Jérôme Bon)

Dans le commerce, j’ai trouvé du tissus synthétique qui reproduit le pelage de différents animaux. Ce tissus a l’avantage également d’être très doux au toucher. J’ai été particulière séduite par un imprimé “zèbre” que je trouve très graphique. J’ai décidé d’utiliser ce tissus pour en faire deux coussins.

Réaliser des coussins est une bonne façon de se mettre à la couture et cela pour plusieurs raisons :

– c’est facile et rapide à réaliser

– ça permet de se familiariser avec sa machine à coudre et d’apprendre les bases

– c’est motivant car avec peu, on peut vraiment apporter une touche “cosy” à sa déco.

Voici ci-dessous les deux coussins d’inspiration africaine que j’ai réalisés :

  coussin inspiration affricaine  

Dans mon prochain article, je vais donc vous montrer comment coudre ces coussins en optimisant votre temps. En attendant, vous pouvez partager cet article avec vos amis en cliquant sur “j’aime” juste en dessous. Merci et à bientôt.

Mon défi de 10 mois : faire un tour du monde textile

Bonjour Cher Lecteur,

Aujourd’hui je voudrais vous faire part d’un projet un peu fou : faire un tour du monde à travers le textile en 10 mois. Mon objectif est de découvrir les traditions textiles du monde entier, de me frotter à d’autres cultures, de m’inspirer d’autres paysages et couleurs… Je compte consacrer deux mois à chaque continent et pendant ces deux mois réaliser des créations textiles déco ou mode inspirées de l’endroit visité virtuellement.

voyage

Ce défi est un vrai challenge pour moi car je n’ai à ce jour pas beaucoup voyagé et je ne sais donc pas trop ce que je vais découvrir. De plus étant une mère célibataire qui travaille à plein temps, je suis par définition quelqu’un de débordé. Il me faudra donc une sacrée dose d’organisation et de ténacité pour arriver au bout de ce projet.

bon voyage art textile

Je suis enthousiaste car je me sens maintenant comme dans la peau d’une exploratrice, ou d’une chasseuse de trésors ! Je suis persuadée que ce défi va m’ouvrir de nouveaux horizons et être un “booster” de créativité.

Maintenant, vous pouvez laisser vos commentaires juste en dessous, puis accrochez votre ceinture, l’avion est prêt à décoller…

avion art textile

 

NB : ces trois photos proviennent du projet nomade et collaboratif le PATCH’ organisé par Sylvie et Marion Breton